Jardin bio : principe et fonctionnement du jardin biologique

Jardin bio : principe et fonctionnement du jardin biologique

 

La base d’un jardin bio est la composition appropriée des éléments afin qu’il fasse partie d’un écosystème naturel plus vaste. L’objectif principal d’un jardin biologique est d’obtenir une alimentation saine et non contaminée par des composés nocifs.

Le jardin bio doit être géré de manière à ne pas nuire à la nature, mais en être une extension contrôlée. Cependant, ce n’est pas un espace sauvage, livré à lui-même. Même dans une petite zone, il est possible de créer les bonnes conditions pour que la nature se développe selon le rythme de la nature. Cela prend du temps et de la patience, mais avec le temps, cela donnera un jardin qui non seulement sera beau mais qui vit à son propre rythme.

 

LES PRINCIPES DU JARDIN BIO

Il est bien de cultiver le jardin bio selon les méthodes développées par la nature et connues de l’homme pour la circulation de la matière, l’énergie et l’autorégulation. Il faut donc recréer des processus qui se déroulent dans les écosystèmes et les utiliser.

La base de l’agriculture biologique est le compostage, qui imite les processus de formation du sol. Tout comme dans la nature, les restes de plantes mortes et les excréments d’animaux subissent le processus de décomposition des composés organiques en minéraux simples et composés humiques formés après synthèse secondaire. Le résultat final est un engrais précieux à partir duquel les plantes peuvent absorber les nutriments dont elles ont besoin pour construire et nourrir de nouvelles cellules.Plantation dans jardin bio

Un jardin bio, contrairement à un écosystème naturel, est créé selon un plan et sert un objectif spécifique.

Par conséquent, tous les processus et phénomènes naturels ne sont pas les bienvenus. Les ravageurs, les maladies ou la succession d’espèces sont limités par des soins appropriés, la sélection des espèces et la rotation des cultures.

Pour que votre jardin bio profite à vous et à votre environnement, il est indispensable de suivre quelques règles.

 

JARDIN BIO : LES REGLES A NE PAS OUBLIER

  1. Visez l’autosuffisance ou utilisez des sources locales : Reproduisez des plantes, produisez des engrais et compostez vous-même. Si vous avez besoin d’acheter des outils, des plantes ou de la biomasse, utilisez des produits régionaux. N’oubliez pas que les produits de masse et importés sont les produits d’un système qui exploite et pollue l’environnement naturel.
  1. Utilisez des espèces végétales indigènes ou assimilées qui fonctionnent bien dans un climat donné : Valorisez les variétés anciennes ayant une résistance avérée aux ravageurs et au climat. N’utilisez pas de variétés qui nécessitent des traitements supplémentaires avec des préparations chimiques. N’oubliez pas que la force d’une espèce dépend de la taille de son patrimoine génétique.
  1. Compostez les résidus organiques de votre maison et de votre jardin : L’ enrichissement du sol avec du compost l’empêche de se stériliser et réduit les dépenses d’élimination des déchets et d’achat d’engrais.
  1. Évitez complètement les produits chimiques : Les produits chimiques sont plus rapides et plus efficaces que les préparations et les engrais exclusifs, mais leur production et leur distribution ont de graves conséquences sur l’environnement.
  1. Utilisez les propriétés naturelles des plantes pour lutter contre les ravageurs et les maladies : De nombreuses plantes contiennent des éléments dissuasifs puissants ou des ravageurs et agents pathogènes toxiques. Utilisez-les pour la préparation de lisier, décoctions, extraits et infusions.
  1. Utiliser la rotation des cultures et l’allélopathie : La rotation des cultures est un élément important de la prévention de la dégradation des sols et de la réduction de la croissance des agents pathogènes. L’allélopathie est l’effet de différentes espèces de plantes et de champignons sur les espèces voisines. En utilisant nos connaissances sur l’allélopathie, nous améliorons l’autorégulation et la croissance du jardin.
  1. Étudiez les processus qui se déroulent dans le jardin et améliorez-le en fonction des connaissances naturelles : La recherche sur la réaction, l’abondance du sol et l’humidité vous permet de planifier efficacement la composition des espèces et les cycles de fertilisation. Connaître la faune locale et les traditions de jardinage vous aidera à éviter de simples erreurs.
  1. Créez un cadre de vie pour les animaux sauvages : Invitez les défenseurs de vos plantes: mammifères prédateurs, amphibiens et oiseaux insectivores dans votre jardin.

 

Organisation d'un jardin biologique

 

AVANTAGES DE L’APPLICATION DES PRINCIPES DE L’ECO JARDINAGE

L’éco-jardinage est un choix rationnel pour utiliser le potentiel de notre environnement.

Si nous avons ne serait-ce qu’un petit lopin de terre, nous pouvons l’utiliser pour créer un espace proche de la nature, qui paiera pour notre travail avec une beauté unique de verdure et des cadeaux pour notre santé. De délicieux fruits et légumes riches en vitamines ainsi que des herbes parfumées et fraîches sont des produits de moins en moins disponibles dans les rayons des magasins.

Dans notre jardin bio, nous pouvons cultiver de meilleurs aliments pour un prix inférieur. De cette manière, nous réduisons la nécessité d’utiliser les produits du système de production de masse, responsables de la dégradation de l’environnement et de la destruction des écosystèmes. L’aspect économique est ici extrêmement important, on économise sur la nourriture, mais aussi sur l’élimination des ordures, dont la partie organique est simplement compostée.

Mener un mode de vie sain, c’est prendre particulièrement soin des trois piliers fondamentaux de notre santé qui dépendent de nous: l’effort physique, une alimentation adéquate et un confort psychologique.

Tenir un jardin est une forme de soin de votre confort de vie qui se pratique depuis des siècles. Travailler dans le jardin, à l’extérieur, a un effet positif sur les systèmes circulatoire, immunitaire et endocrinien et renforce les muscles et les tendons. Le mouvement provoque la production d’endorphines, des hormones du bonheur qui réduisent la tension et vous font vous sentir bien.

Nos efforts sont récompensés par les aliments biologiques les plus sains et non contaminés. Le travail physique dans le jardin est un contact direct avec la nature, ce qui favorise la détente et la rencontre avec soi-même. Un exemple peut être les monastères bouddhistes où le jardinage est une partie importante de la pratique menant à la pleine tranquillité de l’esprit,

La paix intérieure, se débarrasser de l’avidité et de l’égoïsme signifie aussi le respect du monde, de la nature et de toute vie. Le jardin n’est pas seulement notre bien, c’est aussi un lieu où vivent les animaux, une partie du couloir écologique, ainsi qu’une petite partie d’une immense usine d’air pur. C’est notre désaccord avec l’exploitation et la destruction irréfléchies de la nature.

 

Jardin biologique et ses différentes cultures

 

COMPOSANTS DU JARDIN BIOLOGIQUE

Le composteur

C’est le cœur du système, la pompe de circulation de la matière dans le jardin. Associé aux ordures et aux odeurs désagréables, en fait, ce n’est pas gênant. Dans un composteur correctement utilisé, les processus de putréfaction n’ont pas lieu, provoquant la libération de gaz tels que le méthane, le sulfure d’hydrogène ou l’ammoniac. En fait, le compostage consiste en une minéralisation aérobie des déchets, c’est-à-dire une décomposition par des bactéries et des champignons dans des conditions appropriées d’humidité, de gaz et de température élevée. La pourriture est généralement accompagnée d’une odeur de sol d’humus et de litière forestière. Nous utilisons la biomasse pour le compostage : déchets organiques, feuilles mortes, herbe tondue, fumier d’herbivores et même coquilles d’œufs. Parfois, de la roche ou de la farine animale est ajoutée pour obtenir du compost dans certaines proportions chimiques.

Le potager

La base de la culture de légumes dans un jardin écologique est une bonne préparation du substrat et une rotation. La rotation (rotation des cultures) est la rotation annuelle du type de plantes cultivées sur un site. Les légumes sont cultivés en quartiers séparés par des chemins, ils sont utilisés pour séparer les étapes successives de rotation. Pour plus de commodité, des quartiers surélevés avec des chemins à surface dure sont souvent utilisés. Plusieurs espèces de plantes poussent généralement dans une même parcelle, ce qui renforce mutuellement leur développement. Un exemple d’une telle culture coordonnée est la combinaison d’oignons et de carottes ou de chou et de céleri. Dans les lits, on trouve souvent des herbes qui repoussent les parasites ou enrichissent la saveur des légumes.

La zone de culture permanente

Certaines plantes du jardin n’ont pas besoin d’être changées et de terrassements aussi souvent que les légumes. Nous pouvons rassembler des arbres, des arbustes et d’autres tel que des vignes dans un même espace, en nous souvenant de l’allélopathie. La variété des plantes favorise la création d’une composition de jardin. En fonction de la demande de fruits, nous pouvons introduire des plantes plus ou moins ornementales. C’est également une bonne idée d’utiliser un lit avec des plantes décoratives repoussant les parasites, telles que le souci, le cosmos ou le calendula.

Le jardin d’herbes

Les possibilités d’utilisation des herbes en cuisine, de traitement ou de production de préparations utiles au jardin sont énormes. Selon nos connaissances et nos gouts, le jardins d’herbes à base de plantes peut prendre la forme d’un petit parterre de fleurs à un grand rez-de-jardin extrêmement décoratif. Il vaut la peine d’avoir des connaissances sur les herbes étudiées depuis des milliers d’années et de les utiliser dans la vie de tous les jours.

La serre

Une serre équivaut à un jardin d’hiver dans un jardin ornemental. Elle est utilisée pour la culture de variétés de plantes thermophiles et prolonge la saison de croissance. En serre, dans des conditions optimales, nous pouvons propager des semis de plantes, que nous planterons plus tard dans le jardin, ou stocker des plantes cultivées en conteneurs en hiver.

L’abris de jardin

Il peut s’agir d’un petit bâtiment ou d’une pièce de la maison. Il est utilisé pour stocker les outils, les vêtements de travail, les contenants, les graines et les préparations utilisées dans le jardin. Il vaut la peine de veiller à une ventilation adéquate et à une régulation de l’humidité dans la pièce, surtout si nous y faisons sécher les plantes. Le nettoyage et le stockage des outils dans des conditions appropriées sont importants en raison de la possibilité de leur transmettre des pathogènes phytosanitaires.

 

MISE EN PLACE ET ENTRETIEN DU JARDIN BIO

La forme et la taille du jardin dépendent en grande partie des conditions architecturales : la taille, la forme de la parcelle et la distribution des éléments existants, et des conditions de l’habitat telles que le type de sol, la topographie et les conditions climatiques locales.

Comme pour les jardins «typiques», un plan adéquat est essentiel. Si le jardin est petit et a la forme de quartiers simples, un dessin général et une planification sur le terrain suffiront. Si le jardin est agrandi, il doit être combiné avec un espace de loisirs ou un jardin représentatif, cela vaut la peine de faire un projet à grande échelle. Un plan bien pensé vous permettra d’éviter les erreurs de conception, facilitera le calcul des matériaux et des coûts et, si nécessaire, vous permettra de concevoir des éléments supplémentaires tels qu’un système d’irrigation ou une architecture de jardin.

Les travaux de terrassement doivent de préférence être réalisés à la main et avec une grande précision. Nettoyer et ameublir le sol se traduira par une croissance saine de nos plantes à l’avenir. Si le sol est très pauvre, vous pouvez ajouter un sol fertile local.

Dans le jardin bio, un drainage adéquat de l’excès d’eau de pluie doit être assuré. Pour cela, nous utilisons des pentes, un drainage et une perméabilité du sol adéquate. Après les travaux de terrassement, nous réalisons tous les travaux de construction typiques, c’est-à-dire la réalisation d’une surface dure (si nous voulons en avoir une), les fondations des structures d’architecture de jardin et l’assemblage des structures elles-mêmes.

Dans le jardin biologique, il peut y avoir des murs, des puits, des escaliers, des pergolas, des treillis et des serres, et bien d’autres. Tout dépend de votre imagination et de votre composition inventive. La dernière étape du travail est la plantation elle-même. Nous commençons toujours par les arbres et les arbustes, puis les petites usines nécessitant des travaux de terrassement. Enfin, nous pouvons compléter les plates-bandes par des semis en vrac de plantes compagnes et dissuasives.

Construire un jardin et planter des plantes n’est que le début du travail avec le jardin bio. Pour que les plantes poussent en bonne santé, elles doivent être correctement entretenues, fertilisées et protégées contre les ravageurs. Éliminer les mauvaises herbes ou prendre soin de l’humidité du sol ne sont que les traitements de base. Vous devez élargir vos connaissances et innover votre jardin. L’éco-jardinier doit se développer avec son jardin, en vérifiant quelles stratégies, méthodes et choix fonctionnent et lesquels ne le sont pas. Le trait le plus souhaitable sera la poursuite constante de la perfection.

 

Jardin écologique : une solution pour une bonne santé

 

JARDIN BIO : CE QU’IL FAUT RETENIR

Cinq bases d’un jardin biologique

1. Essayez de ne pas changer les conditions dans le jardin

  • sélectionner les espèces végétales appropriées en fonction de leurs habitats
  • ne pas tailler les plantes lorsque cela n’est pas nécessaire
  • ne pas fertiliser le jardin avec des produits chimiques
  • utiliser des passerelles en bois au lieu de chemins de cube
  • mettre sur une prairie fleurie
  • prendre soin de la variété des espèces plantées – plus la variété des espèces est grande, plus il y a d’animaux sauvages dans notre jardin

2. Plantez des plantes luxuriantes

  • mettre des pots avec des annuelles sur la terrasse devant la maison
  • par les murs des bâtiments, placez des treillis et plantez des vignes
  • au lieu du conifère typique, plantez des haies luxuriantes et feuillues

3. Créez un endroit calme dans le jardin où les oiseaux trouveront des lieux de reproduction

  • planter des arbres et des arbustes épais
  • les tailler de temps en temps et seulement au besoin
  • mettre sur des haies non cultivées et feuillues

4. Plantez des plantes qui nourriront les oiseaux et les insectes

  • Espèces goûtues : le nectar sucré attire efficacement les insectes pollinisateurs dans le jardin
  • mettre des arbres fruitiers et des arbustes : ils sont riches en nutriments dont les oiseaux ont besoin pour survivre à l’hiver
  • planter des fleurs annuelles : coquelicots, pois de senteur, lupins sont la nourriture d’automne parfaite pour les oiseaux

5. Aménagez un étang ou un étang

  • même le plus petit étang permettra aux grenouilles, crapauds et libellules de s’installer dans le jardin
  • les oiseaux seront heureux de prendre un bain-marie par temps chaud

 

Les commentaires sont clos.